Laos

Moto au Plateau des Bolovens

29 avril 2016

 

Dans le dernier article, nous vous avons laissé au début de notre nuit dans le bus entre Thakhek et Paksé. Comme nous le prévoyons, la nuit fut longue avec de nombreux arrêts et la musique à fond.

Dimanche 10 avril, arrivée à Paksé à 5 h 30. On nous débarque sur une grande avenue. Grâce Maps.me (GPS hors ligne), nous savons où nous sommes et on se permet d’envoyer balader deux trois tuk-tuks insistants. Nous attendons que le jour se lève en regardant le déchargement des centaines de sacs de concombres de notre bus. Il y en avait partout, notamment entre nos pieds. Nous marchons les deux kilomètres qui nous séparent du centre-ville et trouvons une guesthouse. Il est 6 h 15 et nous devons attendre 9h pour prendre la chambre. Nous déambulons dans la ville comme des zombies. De retour à l’hôtel, Robin se met au travail (un article à soumettre, mais pas un article de blog…) et je m’occupe à la logistique du voyage. En fin de journée, nous louons la moto pour le lendemain, pour partir faire une nouvelle boucle de trois jours, sur le plateau des Bolovens.

 

Lundi 11 avril — nuit à Tad Lo — 90 km parcourus

Nous partons récupérer nos motos avec Laura et Lucas, deux Français rencontrés la veille et avec qui nous ferons la boucle. Avant de quitter Paksé, nous visitons le marché du matin. D’après le guide, c’est le plus grand marché du Laos et le plus authentique d’Asie du Sud-Est. Nous ne sommes pas déçus : fruits, légumes, viandes, trucs inutiles, trucs séchés, animaux vivants, morts, soupe de poisson à vomir, etc.

 

Nous quittons la ville et partons donc pour les Bolovens, avec un premier arrêt à la cascade de Tad Phasouam. Nous nous baignons et Robin joue longuement avec des garçons. Il les soulève et les lance dans l’eau. Ils adorent ça et en redemandent. Ce qu’ils préfèrent, c’est quand Robin leur fait faire des saltos (le tout dans moins d’un mètre d’eau et avec des pierres partout, mais ils savent où il faut sauter).

 

 

Après avoir batifolé pendant un moment, nous reprenons la route jusqu’à la plantation de café de Mr Vieng. Robin goûte au café local et nous rencontrons deux Espagnols super sympas, Tania et Alejandro. Nous visitons la plantation et apprenons beaucoup de choses sur la fabrication du café, mais aussi sur la flore locale. Nous goûtons plusieurs nouveaux fruits (tamarins, egg-fruit) et Robin goûte même de grosses fourmis rouges. Elles sentent très fort lorsqu’on les écrase, mais ont un petit goût citronné lorsqu’on les mange. Ce sera le seul déjeuner du jour.

 

Nous roulons ensuite jusqu’au village des chutes de Tad Lo et Tad Hang et allons directement à la guesthouse Sailomyen, qui propose des bungalows avec vue sur la rivière. On y rencontre Christophe, un Français qui a monté l’association Sabaidee Bonjour afin d’aider à l’éducation des enfants dans deux villages au Laos. Il connaît bien le Laos, car il y vient depuis 9 ans. Il nous briefe un peu sur les vols aux Bolovens notamment des motos et des affaires lors des baignades. Nous dînons à la guesthouse un poisson délicieux et buvons des shakes aux fruits, notre nouvelle drogue.

 

Mardi 12 avril — nuit à Tad Lo — 20 km parcourus

Réveil matinal pour profiter de la famille qui tient la guesthouse. Mama Tiam vit avec ses enfants, beaux-enfants et petits-enfants. C’est la guesthouse et le petit restaurant qui permet de faire vivre cette famille de 11 personnes. Nous déjeunons des crêpes banane-miel avec des shakes banane. Délicieux !

 

Nous partons marcher vers Ban Kiengtanglea, un village ethnique Ngae. Nous longeons la rivière où beaucoup de Laotiens s’activent à la construction d’échoppes pour Pimai, le Nouvel An Laotien. Deux kilomètres plus loin, nous arrivons à hauteur du village, mais il est de l’autre côté de la rivière. Nous avons longé la mauvaise rive… Nous traversons donc la rivière à pied et finissons bien mouillés, car il y a plus d’un mètre d’eau par endroit. Nous nous baladons dans le village, où tous les habitants sont sous leur maison à pilotis. Tout le monde est à l’ombre à cause de la chaleur, mais certains sont déjà au lao-lao, le whisky local. Il est 9h.

Le village est vraiment au ralenti pour Pimai, mais aussi parce que c’est la fin de la saison sèche et qu’il n’y a donc pas de travail dans les champs. Le village est beaucoup plus pauvre que celui de Tad Lo et la communauté fait perdurer leur mode de vie et leurs croyances, notamment par le sacrifice d’animaux lors de fêtes ou de naissances.

 

Nous traversons la rivière dans l’autre sens, en partie pour éviter de suivre un groupe de jeunes gars qui nous invitent à prendre un petit chemin qui ne nous inspire pas. Ils ont des regards assez insistants sur nos affaires. De l’autre côté de la rivière, nous accédons à la berge en passant au milieu de Laotiens en train de se laver et de faire la lessive. Ils nous regardent tous et semblent attendre le moment où nous allons glisser et tomber tout entier dans l’eau. Même sans tomber, nous les faisons rire (sûrement à cause de mes capacités limitées à traverser une rivière…). Nous faisons une pause à la cascade de Tad Lo. Des enfants, dont des très jeunes, sautent du haut de la cascade de 10 mètres. Ils escaladent la paroi sous la cascade et avec une agilité impressionnante.

 

Nous rentrons déjeuner à la guesthouse, où nous dégustons un poulet-frites ! Cela fait longtemps que nous n’avons pas autant mangé et que c’est aussi bon. Nous restons à glander avec la famille et assistons à un combat de coqs. Le fils de Mama Tiam avait un super coq, mais il est mort récemment. Il en cherche donc un nouveau et teste des coqs pendant que toute la famille regarde.

Après une sieste de 2h (première sieste du voyage !), nous prenons la moto pour aller jusqu’à la cascade de Tad Suang. Comme c’est la fin de la saison sèche, il y a très peu d’eau. Il est donc possible de descendre dans le lit de la rivière et d’admirer la superbe vue sur le plateau, malheureusement toujours un peu gâchée par la fumée des brûlis (toutefois moins épaisse que dans le Nord). Nous y descendons chacun notre tour, car il est fortement déconseillé de laisser la moto hors des parkings surveillés (qui sont fermés en fin de journée). Nous rentrons avant la nuit et dînons encore à la guesthouse. Nous passons la soirée à parler avec Christophe et deux Françaises rigolotes.

 

Mercredi 13 avril — nuit à Paksé — 120 km parcourus

Nous nous levons à 6h pour passer encore un peu de temps avec la famille de Mama Tiam et pour petit-déjeuner (crêpes banane-chocolat et shakes banane !!). Mama Tiam et sa belle-fille nous attachent des bracelets du Nouvel An, puis la Mama nous arrose un peu la tête avec de l’eau mélangée à des huiles essentielles et des fleurs, en nous souhaitant « bonne chance ». Elle dégage une énergie et un charisme incroyable, « malgré » ses 67 ans. Nous chargeons les sacs et disons au revoir à la famille avec un peu d’émotion.

Nous roulons plusieurs dizaines de kilomètres avec quelques arrêts photo, puis arrivons au Sud de la boucle où il y a plusieurs cascades. Nous commençons par Tad Yuang, d’une quarantaine de mètres de haut, dans un cadre absolument superbe au milieu de la forêt luxuriante. Nous avons la chance de rencontrer Mr Inpong, un personnage haut en couleur appelé le Bérichon du Mékong. Nous avons lu son histoire dans les guides et sur les blogs. Il a vécu en France et aime beaucoup parler avec les étrangers, au point qu’il peut être très difficile de s’en dépatouiller (loueur de motos et voyageurs nous ont prévenus). Le Berichon du Mékong gère le site de la cascade et attend 3000 à 4000 personnes par jour pendant la semaine de Pimai.

 

Nous allons à la cascade suivante, Tad Fane, à seulement quelques kilomètres. Ce sont deux chutes jumelles de 120 m de haut, apparemment les plus hautes du Laos. Elles sont belles, mais nous ne les voyons que de loin. Nous reprenons la route avec quelques kilomètres de piste facile. Après avoir évité de se faire tremper par un 4×4 plein de Laotiens bourrés qui jettent de l’eau colorée, nous arrivons à la cascade Tad Champee. L’occupation principale des Laotiens pendant Pimai est de boire en s’arrosant d’eau. Des fois, l’ambiance est très bon enfant, d’autres fois, c’est relou et dangereux, notamment quand nous sommes en scooter. Le retour jusqu’à Paksé est long, car il y a énormément de circulation, principalement des 4×4 avec les passagers qui arrosent tout le monde. Robin gère la route et nous arrivons presque secs (il faut dire que ça sèche vite) et surtout sans le moindre accrochage.

 

Nous arrivons enfin à la guesthouse que nous avions repérée avant de partir, tous les hôtels étant très chargés pendant Pimai. Nous dînons indien (le début d’une longue série) et Robin passe la nuit à travailler, pendant que j’alterne douche-dodo-douche-dodo (c’est ça de vouloir faire des économies et de prendre des chambres sans clim quand il fait 35°C la nuit).

Les Bolovens, c’est fini. Nous avons bien aimé et c’est très différent de la boucle de Thakhek que nous avions faite précédemment. S’il fallait choisir, nous avons préféré la première, car bien moins touristique. Nous avons toutefois adoré Tad Lo, la famille de Mama Tiam, ainsi que nos discussions avec Christophe. Prochaine étape, les 4000 Îles, où nous avons prévu de DORMIR ET GLANDER !

Vous pourriez aimer

8 Commentaires

  • Répondre coco 29 avril 2016 à 8 h 59 min

    je ne sais pas si vous faites des progrès en photo ou si c’est nous qui devenons accros … mais c’est deplus en plus chouette de vous suivre !!! Merci Merci de partager cela avec nous !!!

    • Répondre Elise 29 avril 2016 à 10 h 18 min

      Merci de nous suivre et de laisser des commentaires!

  • Répondre Caro 29 avril 2016 à 10 h 16 min

    Il est absolument incroyable votre blogue!!! Trop belles photos!!! ca fait rever!!! bisou

    • Répondre Elise 29 avril 2016 à 10 h 19 min

      Merci Caro! Bisous

  • Répondre Steph 29 avril 2016 à 11 h 38 min

    Vous dépôtez en ce moment sur les articles!!!
    Merci de garder le rythme, de nous faire partager et de penser à nous! Nous aussi on pense à vous!!!

    • Répondre Elise 29 avril 2016 à 11 h 42 min

      Merci Steph! 😘

  • Répondre AURELY 1 mai 2016 à 6 h 33 min

    C est vrai les photos sont de plus en plus belles!! Et les rencontres avec les enfants sont attendrissantes. Bisous

  • Répondre Grokoko 13 mai 2016 à 11 h 58 min

    Une belle photo de Robin http://www.eliseontheway.com/wp-content/uploads/2016/04/plateau-des-bolovens-laos-blog-3-1.jpg : )

    Génial les graines de café ! Et très belles photos, bravo !!

    http://www.eliseontheway.com/wp-content/uploads/2016/04/plateau-des-bolovens-laos-blog-1.jpg les fruits en bas à droite, j’ai envie d’être copine avec eux

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.