Cambodge

Du poivre de Kampot aux crabes de Kep

26 mai 2016

 

Dimanche 8 mai – arrivée à Kampot

Après la traversée en bateau depuis Koh Rong Samloem et deux heures de bus depuis Sihanoukville, nous arrivons à Kampot. C’est une petite ville au bord d’une rivière. Nous sommes séduits par la tranquillité et passons notre aprèm à nous balader. Nous préparons notre passage au Vietnam et dénichons un Routard 2016 abandonné par des Français.

 

Lundi 9 mai – coiffeur et balade en bateau

Nous avons prévu une journée light et nous commençons par une virée chez le coiffeur. Robin se fait couper les cheveux et je craque pour un shampoing/brushing (pour 3$, je ne pouvais pas lutter). Nous sommes les deuxièmes clients de ce coiffeur super sympa. Lui et sa femme nous prennent en photo et en postent des dizaines sur Facebook. En fin de journée, nous embarquons à bord d’un petit bateau pour remonter la rivière. Nous croisons des dizaines de bateaux de pêcheurs qui rentrent au port. Nous nous arrêtons au milieu du fleuve regarder le coucher de soleil et rentrons dans la nuit noire. Sur le chemin, nous faisons une pause pour observer des lucioles dans les arbres. C’est un spectacle magnifique, car les arbres clignotent tous en même temps (mais malheureusement, cela ne rend rien en photo).

 

Mardi 10 mai – montagnes, fraicheur et marais salants

Nous louons un scooter pour découvrir les alentours de Kampot. Nous commençons par la montagne Phnom Bokor à 1080 mètres d’altitude. Plus la route monte, plus nous avons frais. Le sommet offre une belle vue sur la mer et sur l’île de Phu Quoc, qui est une île vietnamienne bien plus proche du Cambodge que du Vietnam. Nous visitons rapidement une église abandonnée et un casino jamais terminé datant du protectorat français. Nous continuons notre balade en faisant un tour du plateau. La route est belle, mais se relève plus longue que prévu et nous avons carrément froid quand le soleil se cache !

 

De retour à Kampot nous visitons une plantation de poivre, LA spécialité de la région. On nous explique les différentes sortes (noir, rouge, blanc) et les étapes de préparation. Cela ressemble un peu à la plantation de café que nous avons vue au Laos. Nous profitons des superbes lumières de la fin de journée pour nous promener dans les marais salants. Les photos parlent d’elles-mêmes !

 

Mercredi 11 mai – journée animée dans la ville endormie de Kep

Nous quittons tôt Kampot pour rejoindre la ville de Kep, à seulement 30 kilomètres. Le minibus nous dépose à la guesthouse de la même famille que celle de Kampot, qui nous a bien plu. C’est une famille très accueillante et la bouffe est délicieuse. À peine installés, nous partons en scooter découvrir la ville de Kep et les alentours. Un Français qui voyage en Asie depuis 5 ans, nous donne quelques plans pour visiter.

Nous commençons donc par faire le tour de la ville. C’est une petite station balnéaire créée en 1908 par les Français, sous le doux nom de Kep-sur-Mer. Même si nous sommes en basse saison, il semble que la station ne soit plus vraiment à la mode. Les hôtels s’enchaînent, tandis que les locaux sont rarissimes. Nous nous baladons dans le marché, où on trouve principalement poissons et fruits de mer. Le crabe de Kep est renommé, mais il n’en a pas beaucoup sur les étales (apparemment, il y a une marée verte dernièrement et les petits crabes n’ont pas apprécié…).

 

Sur les conseils du Français expat’, nous visitons une petite ferme aux papillons et passons voir une Australienne qui tient une guesthouse et garde deux singes (et un piton de 3 mètres…). Elle propose à Robin d’aller dans la cage avec eux (rassurez-vous, ce n’est pas la même cage que le piton). Ils sont super énervés et je ne tiens pas à me faire papouiller par des primates. Robin n’a pas l’air très rassuré et ne se laisse pas trop attraper par les singes, qui sautent dans tous les sens. Résultat, un singe n’arrive pas à s’accrocher aux épaules de Robin et essaie de se rattraper en… lui mordillant le nez ! Plus de peur que de mal, le singe n’a pas rentré ses dents.

 

Nous rentrons déjeuner à notre guesthouse et discutons longuement avec le Français. Nous parlons des ONG en Asie et de leurs dérives (malheureusement nombreuses). C’est très intéressant de rencontrer des expats qui ont de vraies réflexions et qui n’ont pas quitté la France « parce que c’est un pays de merde » (sans parler des expats qui pensent que partir à l’étranger règlera leurs problèmes personnels).

Dans l’après-midi, nous repartons en moto visiter le parc national de Kep. Nous croisons des singes sauvages, dans la forêt cette fois. Le parc est plutôt joli avec quelques points de vue. La boucle bouclée, nous essayons d’aller au Sunset Rock et entamons un chemin pas facile et très raide.

 

Un groupe d’oies nous surveille et l’une d’entre elles se met à foncer vers nous. Elle arrive toute proche de la moto et, au moment où elle tend son cou en direction de mon mollet, Robin accélère et on lui échappe de quelques centimètres, ouf ! L’oie s’arrête et fait demi-tour. Ça nous arrange, car la moto ne pouvait pas aller plus vite avec cette pente. C’est tellement raide que nous  finissons par poser la moto et continuons à pied.

Nous arrivons presque en haut de la montée et voyons un panneau « Ne courez pas lorsque les chiens aboient ». Robin prend le premier bâton qui lui passe sous la main et nous avançons. Trente mètres plus loin, trois chiens apparaissent, courant vers nous. Ils nous encerclent, les babines relevées et aboient violemment. Je suis terrorisée et m’accroche à Robin. Nous ne pouvons plus avancer. Le bâton semble être la seule chose qui retient un des chiens ne pas mordre Robin (là, on est très content d’avoir claqué 150 € pour les vaccins contre la rage). Leur maîtresse (une nonne ou une ermite ?) les appelle, mais ils continuent à aboyer en courant autour de nous. Cela dure plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’elle leur sorte à manger. Après ce gros coup d’adrénaline, nous montons rapidement au rocher et descendons encore plus rapidement, par un autre chemin. Aujourd’hui, les animaux ne sont pas nos amis.

Nous dînons en bord de mer dans un resto réputé pour son crabe de Kep au poivre vert, la spécialité locale. Lorsque le serveur nous amène le crabe, nous avons la même réaction : « Oh merde, il faut l’éplucher ». Finalement, Robin s’en sort plutôt bien, mais ça aurait été quand même plus pratique si ma mère avait été là !

 

Le Cambodge se termine sur cette journée très remplie. On se retrouve pour le fameux bilan du Cambodge, avant notre découverte du Vietnam !

Vous pourriez aimer

15 Commentaires

  • Répondre Steph 26 mai 2016 à 15 h 58 min

    La photo « le marché au crabes de Kep » est juste magique!
    Et l’Eglise abandonnée et le Casinon, waw!!! Les marais salants aussi… enfin, tout quoi!
    Et les histoires d’oies, de chiens et de singes!! Ahah 😛
    Pour info, si un chien se jette sur toi, crie plus fort que lui, 9 fois sur 10 il partira… Mais une fois sur 10…oups 😛
    Vivement les prochains épisodes!
    Des bisous!

  • Répondre Christine PUCCINELLI 26 mai 2016 à 18 h 47 min

    Ca fait rêver

  • Répondre anna 26 mai 2016 à 20 h 55 min

    Hello! pas mal d’aventures en cette fin de voyage au Cambodge et vraiment bravo pour votre courage à affronter les chiens : j’aurai fait comme Adèle en me cachant derrière mon homme !
    Bonne découverte du Vietnam…

  • Répondre Fabienne Petit 27 mai 2016 à 6 h 16 min

    Trop choupinet tous les deux au bord de l’eau au restaurant. J’espère que c’était bon. Et pour les grains de poivre, c’est trié à la main? Quel boulot! Biz

    • Répondre Elise 27 mai 2016 à 9 h 52 min

      Oui c’est trié à la main et exporté vers le monde entier. Les principaux clients de cette plantations sont les grands restaurateurs Français.

  • Répondre Grokoko 27 mai 2016 à 17 h 19 min

    Canon l’église ! Et vous aussi vous êtes bien beaux (ça va le bronzage, ça se passe bien ?).
    J’ai mangé du poivre frais (vert) en grappes il n’y a pas longtemps, c’était délicieux.

    Non mais cette photo…http://www.eliseontheway.com/wp-content/uploads/2016/05/Kampot-Kep-Cambodge-blog-voyage-28.jpg & magnifique coucher de soleil aussi.

    C’est plutôt impressionnant les chiens errants, il y en avait plein au Sénégal, genre coucou :

    Quant aux oies, elles ont clairement beaucoup d’assurance : )
    (Et les singes, laissez-les tranquille : ( )

    Bisousousous. sous. sss.

  • Répondre aurelie 28 mai 2016 à 11 h 01 min

    Que d’aventures avec les animaux dis donc !!!! en tout cas superbe étape !!!
    Et au fait, on a tjs besoin de sa maman 😉 bises les cocos

  • Répondre Yves 28 mai 2016 à 17 h 40 min

    Toujours aussi sympa! A propos merci pour la jolie carte! Bises!

    • Répondre Elise 1 juin 2016 à 2 h 00 min

      Avec plaisir 😀

  • Répondre Agnès 31 mai 2016 à 0 h 33 min

    Cela faisait un petit moment que je n’ai suivi vos aventures et là, pendant 2 heures, je me suis pris une claque avec des images grandioses… vos photos sont de plus en plus belles, elles sont nettes,colorées et souvent drôles avec des prises de vues originales…bravo ! et merci aussi pour les commentaires qui me font voyager à travers vous et découvrir des lieux magiques.
    Sur la photo prise sur le Mont Bokor, on dirait que vous êtes les rois du monde, et vous formez un très joli couple.
    La ferme aux papillons devait être une belle étape aussi et j’adore suivre vos rencontres avec les populations…
    (vous avez l’air d’être très à l’aise tous les 2 avec les bambins)…par contre vos repas sont parfois loins d’être « gastronomiques » et çà change des plats alsaciens que je connais.
    Je ne sais pas combien de temps durera encore votre voyage mais j’ai hâte de connaitre la suite…. très vite.
    A bientôt.

    • Répondre Elise 1 juin 2016 à 2 h 04 min

      Whaou! Quel adorable commentaire. Merci beaucoup Agnès!

  • Répondre Katherine 5 juin 2016 à 19 h 12 min

    Les photos depuis le début sont tellement belles que je n’arrive pas à en choisir une pour mon fond d’écran. Bref, je crois que j’ai mon stock de fonds d’écran pour toute la vie ! Merci !

  • Répondre Juliette 12 février 2017 à 16 h 43 min

    Bonjour Est-il possible d’avoir le nom de la guest house à Kampot? Merci !

    • Répondre Elise 12 février 2017 à 20 h 59 min

      Bonjour Juliette.
      Nous avons dormi à Captain Chim’s Guesthouse. Les photos que nous voyons sur booking ne correspondent pas à l’immeuble où nous étions… Peut-être que cela a changé ou qu’il y en a deux. En tout cas c’était une bonne adresse (dernier étage, très grande chambre, bon resto, très central). Il y a aussi des GH et des hôtels près de la rivière mais c’est plus excentré et attention aux moustiques.
      Bon voyage !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.