Malaisie

Dernières étapes en Malaisie : Ipoh & Kuala Kangsar

4 septembre 2016

 

Dans notre dernier article, nous vous avions laissés au Cameron Highlands lors de notre rando matinale foireuse. Nous sommes ensuite partis en direction d’Ipoh. Plusieurs personnes nous avaient dit que ce n’était pas une ville très sympathique. Par précaution et pour se remettre de notre dernier hôtel pourri, nous avons réservé un hôtel top.

Quand notre bus arrive à Ipoh, nous sommes les seuls à descendre. Les autres touristes nous regardent avec une tête de « vous vous trompez d’arrêt » (le bus va à Georgetown, une ville au Nord et plus touristique). Après nous être installés, nous faisons un tour dans la ville et arrivons dans un grand centre commercial. Nous avons faim et tombons devant un restaurant de sushis. Ce n’est pas le même budget que les plats locaux dont nous avons l’habitude, mais on craque. On se régale avec tout ce qui passe sur le tapis roulant devant nous et encore plus avec une (enfin deux !) salade avocat/saumon. Cela faisait des mois que nous n’en avions pas mangé. Dé-li-cieux !

En rentrant à l’hôtel, nous faisons un détour par le marché de nuit. Il n’y a aucun touriste, seulement des Malaisiens et plusieurs stands de réflexologie. Je tente donc l’expérience et pendant une demi-heure, je m’agrippe à mon siège pendant que je me fais retourner les pieds dans tous les sens. Cette demi-heure de douleur sera tout de même bénéfique, puisque je repars en ayant l’impression de m’être aussi fait masser les jambes et le dos ! C’est parfait pour une bonne nuit.

 

Le lendemain, samedi 30 juillet, nous partons visiter la mosquée Ubudiah, à Kuala Kangsar. Nous faisons de nombreux détours pour aller à la gare routière, en déambulant au milieu des maisons colorées, des vieux bâtiments et des rues dédiées au street art. Finalement, nous trouvons Ipoh très agréable et très hétéroclite.

 

 

 

Après 1 h 30 de bus, nous arrivons à Kuala Kangsar. Pas un touriste à l’horizon. Nous marchons sous une chaleur étouffante jusqu’à la mosquée, qui est magnifique. Nous arrivons pile à l’heure de la prière et sommes (à priori) obligés d’attendre plus d’une heure pour pouvoir entrer. Nous pénétrons dans l’enceinte, comme si de rien n’était. Robin enfile les « jambes » de son short et je me voile. Nous passons devant le garde, qui ne nous dit rien. Alors que je me rends aux toilettes, une femme en train de faire ses ablutions m’aide à ajuster mon foulard (il faut dire que je ressemblais à rien…). Elle me propose de la suivre dans la mosquée. Je lui dis timidement que je ne suis pas musulmane, elle me répond : « Viens, je prie pour toi« . Je donne rendez-vous à Robin dans 20 min et rejoins ma copine. Elle me tend un voile blanc (celui-ci est facile à mettre, car il suffit de nouer une petite ficelle autour de son cou) et j’entre dans la mosquée. J’observe la prière pendant une quinzaine de minutes. Je fais un peu tache avec mon pantalon sombre, alors que toutes les femmes sont habillées en blanc (voile blanc sur la tête + robe blanche qu’elles mettent par dessus leurs vêtements). Les femmes sont souriantes ; je suis certainement la plus gênée d’entre elles. En sortant de la mosquée, je retrouve Robin. Lui aussi a pu assister à la prière, chez les hommes. C’est un superbe moment et une tolérance exemplaire.

 

Nous nous éloignons de la mosquée pour rejoindre le palais du sultan actuel, mais nous ne pouvons quasiment rien voir. Nous retournons donc sur nos pas et allons faire un tour dans l’ancien palais du sultan, transformé en musée. De retour vers la gare routière, plusieurs Malaysiens nous interpellent pour savoir d’où on vient, ce qu’on fait, etc. Je suis d’accord avec eux, il faut être fou pour marcher des kilomètres sous une chaleur pareille ! 1 h 30, 55 km et autant d’arrêts plus tard, le bus nous dépose à Ipoh. Nous terminons la journée en profitant de la clim de notre chambre, très contents d’avoir découvert Kuala Kangsar et la ville d’Ipoh.

 

Dimanche 31 juillet, nous quittons Ipoh en bus pour traverser les 3/4 de la Malaisie péninsulaire, direction le Sud et la ville de Johor Bahru, ville frontalière avec Singapour. Le trajet dure 9 h. Heureusement, il nous reste des données sur la carte sim malaisienne et nous en profitons pour regarder des vidéos sur Internet. Les paysages ne sont pas très intéressants, ce n’est que de l’autoroute et autour, des palmitos. Nous passons notre dernière soirée en Malaisie au Pizza Hut, proche de la gare routière pour décoller tôt le lendemain matin.

Lundi 1er août, nous quittons la Malaisie pour rejoindre Singapour. Nous dépensons nos derniers ringgits au 7/11 et réussissons à tomber pile-poil, au centime près ! Sauf qu’au moment de payer, je fais tomber une pièce dans le présentoir à chewing-gums. Impossible de la retrouver ! Le caissier est gentil et nous laisse partir avec toutes nos victuailles. Nous prenons un premier bus jusqu’au poste de frontière pour la sortie de Malaisie, un second bus jusqu’au poste d’immigration d’entrée de Singapour et enfin un troisième bus jusqu’au centre-ville de Singapour. Tout se passe très bien (même si je me fais ENCORE contrôler lors d’un contrôle aléatoire) et nous sommes fin prêts pour découvrir cette nouvelle ville !

Vous pourriez aimer

2 Commentaires

  • Répondre Agnès 5 septembre 2016 à 5 h 30 min

    Cette étape en Malaisie a l’air sympa, tout de même.
    Ayant vu Singapour par les airs (+transit de nuit à l’aéroport) lors de mon voyage à Bali en 2013 je suis curieuse de vous lire prochainement et de voir vos prochaines photos.

  • Répondre Katherine 6 septembre 2016 à 19 h 56 min

    Mais tu es une princesse, ma princesse !
    Ok le palais ne suit pas mais bon …

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.