Indonésie

Le volcan Rinjani : trois jours de trek

28 septembre 2016

 

Dans cet article, nous vous racontons notre trek de 3 jours/2 nuits sur le volcan Rinjani. Nous avons choisi un itinéraire qui permet de dormir deux nuits sur des camps situés au bord du cratère. Le sommet peut se faire en 2 jours/1 nuit, mais nous préférions privilégier la découverte des lieux plutôt que de « faire un sommet ». Nous avons lu beaucoup d’avis allant dans ce sens et la majorité des gens qui montent au Rinjani ne profitent que d’une courte soirée dans le parc.

Avant même de partir, je décide de ne pas monter au sommet (lors de la première nuit) afin de ne pas être le boulet du groupe les deux jours suivants. Nous avons rencontré un couple (habitué de la rando) qui a fait le même itinéraire. La nana a abandonné l’ascension du sommet (elle s’est donc levée à 2 h du matin pour rien) et ne pouvait plus marcher après les 3 jours ! Ils nous mettent en garde contre le premier et le dernier jour, où certains tronçons sont très raides et poussiéreux.

Voici le programme du trek :

-Jour 1 : 1600 m de dénivelé positif

-Jour 2 : montée dans la nuit au sommet, soit 1100 m de dénivelé positif, puis retour au camp avec 1100 m de dénivelé négatif. Retour en début de matinée pour la descente au lac, avec 650 m de dénivelé négatif, puis montée au deuxième camp avec 650 m de dénivelé positif.

-Jour 3 : 2050 m de dénivelé négatif. Un beau programme.

 

Jour 1 – Samedi 27 août

4 h 45 : Réveil ! Humeur du jour : je ne veux pas y aller 😭

5 h : Nous réveillons le garde de l’hôtel. Il dort assis sur une chaise, la bouche grande ouverte. Nous retrouvons le chauffeur, il nous amène au village d’où commence le trek. Nous prenons au passage les trois Singapouriens qui font le trek avec nous.

7 h 30 : Nous arrivons au village de Sembalum, où nous retrouvons les porteurs et notre guide, que nous appelons par son surnom : Mushroom.

8 h : Nous entamons la marche.

 

8 h 15 : Je veux faire demi-tour… Cela fait à peine 15 minutes que nous marchons et je ne vois même plus le guide et les trois Singapouriens. Je suis incapable de suivre le rythme et je panique des trois jours à venir.

9 h : Première pause au croisement de deux chemins. Plusieurs groupes de touristes, arrivant d’un autre sentier, entament la montée. Nos porteurs ont tous la clope au bec, un marche pieds nus, les quatre autres sont en claquettes… Deux des Singapouriens sont essoufflés.

9 h 15 : Nous repartons au milieu de groupes de touristes. Deux des Singapouriens n’avancent plus…

 

10 h 20 : Nous arrivons au site du déjeuner. Tous les groupes déjeunent ici, c’est jonché de déchets. Certains staffs (porteurs & guides) jettent tout dans la nature.

11 h 20 : On s’ennuie… Les Singapouriens dorment. Les porteurs font à manger. On observe les groupes environnants et on jalouse ceux qui sont mieux organisés (les porteurs préparent le repas avant l’arrivée des touristes et leurs plats sont nettement plus appétissants que les nôtres).

 

12 h 20 : On repart après deux heures de pause. Nos muscles sont bien refroidis… Nous montons dans une sorte de steppe avec un des Singapouriens. Les deux autres traînent la patte, ainsi que le guide.

13 h : La steppe se termine et nous montons sur une crête. On comprend pourquoi les Français nous avaient parlé de montée galère, c’est raide ! On croise des groupes qui descendent. Ils sont couverts de poussière. On se retient de rire, mais on a l’impression qu’ils reviennent d’un parcours du combattant. On se demande ce qui nous attend.

 

14 h 45 : 100 mètres de plat ! Tout le monde fait la dernière pause avant l’ultime montée. Nos porteurs nous demandent d’attendre le guide. Il arrive avec un des Singapouriens et a abandonné les deux autres. Nous sommes contraints de les attendre, nous discutons donc avec ceux qui descendent. Ils sont montés au camp de base hier, par ce même chemin, certains ont fait le sommet à 2 h du matin, puis redescendent aujourd’hui. On comprend donc pourquoi ils sont poussiéreux et épuisés.

 

15 h 10 : Les deux Singapouriens arrivent, mais sont incapables de continuer tout de suite. Nous avons froid et avons envie de repartir. Le guide drague chaque nana qui descend et commence à nous taper sur le système. Nous décidons de partir (de toute manière, nous marchons seuls depuis la première pause de 9 h). Il reste une heure marche, mais il paraît que c’est la plus dure de la journée.

15 h 30 : Je regarde ma montre toutes les 5 minutes. On monte à la verticale dans un mur de terre et de poussière. Il n’y a plus de chemin et chacun avance comme il peut. Je me répète « à 16h15, c’est fini… » On s’accroche à chaque touffe d’herbe que l’on trouve pour ne pas glisser. L’ambiance est particulière, car tout le monde galère. Personne ne parle, mais tout le monde se comprend. Seuls 4 Québécois ont encore le courage de parler (peut-être car ils ont donné leurs sacs aux porteurs !). Ils nous font toutes les insultes québécoises sur la fin de la montée. Ça nous aide à avancer !

16 h : Nous arrivons au camp de base à 2639 m. Finalement, nous avons fait la dernière montée en 50 minutes (pour seulement 1 km…). Nous attendons nos porteurs pour savoir sur quel camp nous dormons (il y a 5 camps différents, espacés de quelques centaines de mètres, dont certains, très étroits, sont sur la crête du cratère). Nous montons notre tente, les porteurs montent celles des Singapouriens. Nous profitons de la vue avant que les nuages ne couvrent complètement le cratère. C’est magnifique !

 

16 h 50 : Les deux derniers Singapouriens arrivent. Ils partent directement dormir dans leurs tentes.

19 h : On a froid, on a faim et on aimerait dormir. Nos porteurs font à manger. Notre guide drague des Anglo-saxonnes d’un autre groupe. Les Singapouriens sont dans un semi-coma. Grosse soirée !

 

19 h 30 : Nous dînons enfin, alors que presque tout le camp dort déjà. On comprend que notre guide est vraiment incompétent. Il ne coache ni les porteurs ni le groupe et n’est d’aucune utilité pour la marche. Les Singapouriens n’ont quasiment pas bu d’eau de la journée (nous avons bu plus de 3 litres chacun) et n’ont presque rien mangé au déjeuner et au dîner. C’est évident qu’ils ne peuvent ni marcher, ni récupérer.

20 h 20 : Nous nous allongeons enfin. Cela fait du bien, mais il fait froid. Nous dormons dans nos sacs à viande et duvets. Je suis intégralement habillée avec 5 couches en haut. Robin arrive à dormir, c’est plus difficile pour moi car je me réveille à cause du froid. Je fais le journal de bord sur mon téléphone pour me changer les idées.

 

Jour 2 – Dimanche 28 août

1 h 40 : Le réveil sonne. Robin sort de la tente pour se préparer et manger. Je lui vole son sac à viande et son duvet. Je dors donc habillée de tous mes habits, dans deux sacs à viande et dans deux duvets ! Pendant une heure, j’entends Robin tourner en rond autour de la tente. Le guide n’est pas prêt…

2 h 40 : Robin, le guide et le meilleur marcheur des Singapouriens partent pour le sommet. Ce c## de guide insiste pour que les autres viennent aussi, alors qu’ils ne peuvent même pas sortir de la tente…

 

La montée au sommet de Robin :

3 h 00 : La montée est éclairée, car des centaines de personnes sont déjà parties avant eux. Dès 15 minutes de marche, le chemin devient difficile, mi-sable, mi-petits rochers. L’ascension est assez fatigante.

 

3 h 45 : Le Singapourien n’avance plus du tout, le guide reste avec lui. Robin fait une pause (de 25 min…) pour l’attendre. Il fait quelques degrés seulement et Robin commence à avoir froid.

4 h 10 : Ils arrivent enfin. Le guide dit à Robin de continuer seul s’il veut voir le lever de soleil du sommet. Il accélère le rythme et double plusieurs personnes dormant en boule à même le sol, le long du chemin… Les gens sont fous !

5 h 28 : Après 2 h 30 de marche, Robin arrive au sommet à 3726 mètres d’altitude. Il n’y a encore qu’une petite vingtaine de personnes, tous les autres sont encore dans la montée. Il fait moins de 5 °C, jusqu’à ce que le soleil apparaisse. Robin profite du paysage grandiose pendant 1 h 45.

 

7 h 15: Il entame la descente et croise le Singapourien toujours en train de monter. Robin lui donne ses derniers gâteaux et de l’eau (Mushroom ne sert toujours à rien) avant de repartir en courant dans le sol mi-sable mi-caillou.

 

8 h 30 : Robin arrive au campement après 1 h 15 de descente (et des centaines de photos). Il est  super content de son ascension. La mauvaise nouvelle est que le Singapourien n’est pas prêt d’arriver. Nous patientons longuement. Heureusement que le paysage nous occupe. Les deux autres Singapouriens sont encore enfermés dans leur tente. L’heure tourne et nous commençons à nous inquiéter pour la suite du programme.

 

11h: Le Singapourien arrive enfin. Alléluia ! On se demande s’il est encore conscient tellement il semble entre la vie et la mort. Il s’effondre dans sa tente. On questionne le guide sur la suite du programme. Il nous dit que nous n’avons pas le temps de descendre au lac et de remonter au deuxième camp et que, par conséquent, nous devons dormir au lac. Du coup, le lendemain, nous devrons monter pendant 3 h, puis descendre pendant 7 h, au lieu des 7 h de descente initialement prévues. Il n’en fallait pas moins pour que je m’énerve. Je ne suis pas montée au sommet justement pour ne pas retarder le groupe afin de respecter le programme. Le départ pour lac était normalement prévu à 9 h (et non après 11 h). Je suis dégoûtée, car j’aurais largement eu le temps de monter au sommet.

11 h 15 : On décolle avec deux porteurs en abandonnant guide et Singapouriens. Il semble que les porteurs ont eux aussi envie de marcher. En tout cas, ils sont adorables avec nous. Il me répète en permanence « Hati-hati » (= attention, doucement). Nous descendons en direction du lac. La descente est raide, parfois très raide et nous devons regarder davantage nos pieds que le paysage, qui est superbe. Les bâtons nous aident bien. Comme Jean-Claude Duss, on rêve de planter notre bâton dans le guide !

 

12 h 15 : Les porteurs nous demandent d’attendre le reste du groupe. Nous attendons une demi-heure, mais nous sommes frustrés de devoir attendre tout le temps et demandons de repartir. Les porteurs sont gênés, car ils sont dans une situation délicate. Ils ne veulent pas dormir au lac et encore moins finir la marche de nuit, mais le patron, c’est le guide. On finit par repartir quand nous voyons le dernier des Singapouriens, au loin.

13 h 15 : Nous nous arrêtons pour déjeuner. Une nouvelle fois, les porteurs ne sont pas organisés et doivent attendre les indications du guide. Nous attendons donc une heure avant de manger, puis repartons avant eux. Nous n’adressons plus la parole au guide et suivons les porteurs. Le chemin est vraiment magnifique et nous apprécions de marcher tous les deux. Nous arrivons au lac à 15 h 45. À défaut d’aller aux sources d’eau chaude pour la douche, comme cela était prévu dans le programme, nous profitons du lac en attendant les Singapouriens.

 

16 h 10 : Nous partons du lac avec deux des porteurs (ceux qui ont notre tente et nos duvets ! Pas bête la guêpe !). Le guide nous dit qu’il y a trois heures de montée et que la nuit tombe à 18h15. L’objectif est donc de monter en deux heures… On abandonne les Singapouriens et le guide, chacun pour soi !

Pendant la montée, nous doublons un groupe. Ce sont des Canadiens que nous avons déjà vus la veille. Robin les a croisés ce matin au sommet, une des filles était en pleurs et semblait très mal. La fille en question « marche » actuellement en chaussettes, à la vitesse d’un escargot. Quelques, minutes plus tard, après les avoir doublés, un des Canadiens monte en courant et nous demande d’appeler son porteur qui est plus haut. Il nous dit que la fameuse fille en chaussettes ne peut plus bouger et qu’il faut de l’aide en urgence. On lui dit qu’on a des médicaments et demandons ce qu’elle a exactement. Il nous explique qu’ils ont fumé de l’herbe hier soir et qu’elle est en bad trip depuis son ascension du sommet dans la nuit. Avec une telle explication, on le laisse se débrouiller.

Nous continuons notre montée. Je me prends pour Kilian Jornet, c’est un peu plus dur pour Robin qui a le sommet dans les pattes. La vue sur le lac est à couper le souffle. Nous faisons quelques arrêts photos, mais très rapides car l’état du chemin ne nous donne pas du tout envie de finir de nuit. C’est parfois très étroit et dessous, c’est le vide.

 

18 h 06 !!! : Nous arrivons au camp à 2641 m d’altitude, après 1 h 56 de montée, alors qu’il commence à faire nuit. Nos porteurs redescendent pour aider les autres. Nous profitons du coucher de soleil sur lac et le volcan. Ce camp est nettement plus tranquille que le camp de base principal (je me répète, mais la grande majorité des touristes font un aller-retour au sommet en deux jours et une nuit, en passant par le camp de base où nous étions hier).

 

18 h 45 : Les Singapouriens et le guide arrivent. Nous sommes agréablement surpris de les voir arriver si tôt. Ils ont dû tout donner pour marcher le moins possible de nuit (et avaient donné leurs sacs aux porteurs). Comme d’habitude, les Singapouriens filent se coucher. Nous discutons longuement avec un couple de Français monté juste pour une nuit. Cela nous occupe en attendant le dîner.

20 h 30 : Nous nous couchons enfin ! À mon équipement de la nuit dernière, j’ajoute la couverture de survie et espère ne pas me réveiller congelée.

 

Jour 3 – Lundi 29 août

6 h 30 : Réveil pour profiter du lever de soleil. Alors que nous sommes entrain de ranger nos affaires, une partie du groupe des Canadiens arrive. Nous parlons avec le gars qui nous a demandé de l’aide hier. Il nous explique que les porteurs ont coupé une grosse branche pour porter la fille en bad trip. Ils ont dormi dans la montée et sont repartis de nuit pour avoir le temps de finir le trek aujourd’hui…

 

8 h : Notre groupe (porteurs, guide, Singapouriens) est d’une lenteur incroyable. Nous partons les derniers du camp. Les premières centaines de mètres ne sont pas très dures, avec un panorama impressionnant.

 

9 h : Le chemin se complique et devient très glissant. J’aimerais rouler jusqu’en bas ! Le guide nous fait passer par un passage super difficile, alors qu’il y en a un beaucoup plus simple juste à côté (nous avons vu les autres groupes descendre par le passage facile). Nous enchaînons quelques petites glissades (surtout moi), et, chose exceptionnelle, un porteur tombe. Nous perdons pas mal d’énergie à maudire Mushroom (encore une fois, surtout moi !). Nous l’envoyons balader et l’ignorons pour le reste de la journée (grosse ambiance).

 

10 h : Nous faisons une pause après plus de 1200 m de descente, puis reprenons la marche avec une Française. Elle nous fait rire car elle est épuisée, mais continue de nous faire la conversation. Nous lui offrons un Doliprane et la doublons, car elle est encore plus lente que moi (comme quoi, tout est possible ! J’aime monter, mais je déteste descendre !).

11 h : Nous marchons dans la forêt. Il y a beaucoup de grosses racines qui forment de grandes marches. C’est fatiguaaaaaant. Nous nous arrêtons 1 h 30 pour déjeuner et lorgnons encore une fois sur les repas des autres…

12 h 30 : Nous repartons pour la dernière partie du trek, la descente semble interminable. La pente est de plus en plus douce, mais mes genoux sont de plus en plus gonflés !

13 h 50 : Nous arrivons à l’entrée du parc et pensons en avoir fini, mais Mushroom nous dit que nous devons faire une pause, car il y a encore 45 minutes de marche. Nous faisons 10 minutes de pause pour 15 minutes de marche… Depuis le début du trek, pas une seule fois Mushromm nous a donné un temps de marche correct (nous avons dû demander aux autres guides pour avoir de vraies infos…).

14 h 30 : Nous quittons chaleureusement nos porteurs (ce n’est pas la même histoire avec le guide) et rentrons en voiture à Senggigi. Les Singapouriens se font déposer en chemin.

16 h : Arrivée à Senggigi. On discute avec le boss de l’agence (Rinjani Trekking Club pour ne pas la nommer). On a préparé notre discours et il nous rembourse 25 % de la prestation.

17 h :  Nous prenons une des meilleures douches de notre vie ! Nous commandons nos burgers préférés de Senggigi. Notre bonne fée nous les livre sur la terrasse et embarque nos habits pour une machine express (elle nous les déposera devant la porte dans la soirée, alors que nous dormons déjà !).

 

20 h 30 : Dodo !

Ce trek sur le Rinjani aura été une sacrée expérience. La marche n’est pas trop dure (évidemment, pour ceux qui n’ont jamais randonné sur plusieurs jours, c’est une autre histoire…). Nous sommes revenus en bonne forme, même si nous avons chacun un pouce de pied injecté de sang (résultat des 2000 mètres de dénivelé négatif du dernier jour). Robin a évité mettre de chaussures pendant quelques semaines pour ne pas perdre son ongle (à l’heure où j’écris ces lignes, il tient encore). J’ai aussi fait une insolation le dernier jour de trek (j’aurais mieux fait de mettre ma casquette au lieu de m’énerver sur Mushroom !). Dommage qu’on se soit coltiné le champignon et les trois Singapouriens (rien qu’en écrivant l’article, ils nous énervent encore). Si c’était à refaire, on le ferait par nous-mêmes avec deux porteurs !

Heureusement, ces petites choses ont été compensées par les paysages absolument magnifiques. Nous voyons à la fois le littoral, les îles Gili et le Rinjani qui est très beau, même depuis le camp de base. La vue du sommet est à couper le souffle (d’après Robin) et le lac au fond du cratère est majestueux !

On se retrouve pour notre prochaine étape aux îles Gili !

 

Vous pourriez aimer

7 Commentaires

  • Répondre Caro 28 septembre 2016 à 19 h 11 min

    Ah ouai !! En tout cas bravo! Car cela a l’air assez difficile et avec Mushroom encore plus! Je te vois bien (Adèle) le regarder avec des envies meurtriers pour le balancer le haut de la falaise! lol !! Des bisous à vous deux!

  • Répondre Grokoko 28 septembre 2016 à 22 h 51 min

    Trop beau

  • Répondre Agnès 29 septembre 2016 à 4 h 11 min

    le passage d’escalade est impressionnant, chapeau à tous les deux et merci pour toutes ces belles photos;;; bonne mémoire pour vous rappeler de tout pour nous faire de super commentaires.

  • Répondre gougou 1 octobre 2016 à 18 h 40 min

    J’étais à fond avec vous en lisant cet article, très bien détaillé…bon je crois que j’aurais été aussi énervée que toi. La patience n’est pas mon fort et…au moins vous nous livrer de beaux paysages avec l’envers du décor. Des bisous tout plein

    • Répondre Elise 18 octobre 2016 à 10 h 17 min

      Merci de me comprendre haha

  • Répondre COCO 3 octobre 2016 à 17 h 15 min

    C’est tellement bien raconté que même moi il m’a énervé le guide !!!!

    • Répondre Elise 18 octobre 2016 à 10 h 19 min

      Merci Coco !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.