Myanmar (ex-Birmanie)

Pêcheurs et festivités au Lac Inle

12 mars 2017

Dans le dernier article, nous vous avons laissé à la fin de notre trek, prêts à embarquer sur une barque pour traverser le lac Inle et rejoindre la ville de Nyaung Shwe. Cette première découverte du lac est magique ! De nombreux Birmans vivent dans des maisons sur pilotis, au beau milieu du lac. Les locaux vivent notamment du maraichage : ils cultivent principalement des tomates et des fleurs sur des jardins flottants !

 

Nous croisons des pêcheurs Intha, l’ethnie qui vit sur le lac et dans la région. Ils rament avec une seule jambe, pour pouvoir manier une grande nasse avec les deux bras. En réalité, les pécheurs avec les nasses attendent plus les touristes et leurs dollars que les poissons.

 

Une fois arrivés à Nyaung Shwe, la principale ville touristique de la région, nous marchons jusqu’à notre hôtel. Nous nous installons rapidement, puis partons faire un tour en vélo (les 20 kilomètres à pied ne nous ont pas suffi). La ville n’a pas grand intérêt et surtout nous sommes claqués. Nous rentrons juste avant une énorme averse et dînons la meilleure salade avocats/tomates de notre vie !

 

Samedi 1er octobre — Vélo et repos

Après un énorme petit-déjeuner dans le jardin de l’hôtel en compagnie d’un couple de Français, nous réservons une barque pour le lendemain. Ce sera le premier jour de la grande fête « Phaung Daw  U Pagoda Festival », la fête de la plus grande pagode du lac. Elle dure 18 jours (rien que ça), durant lesquels les Birmans transportent des Bouddhas sacrés de pagode en pagode, sur une réplique de barque royale.

Nous partons ensuite en vélo visiter un vignoble qui domine le lac. La montée est raide. Il n’est pas 10 h, mais l’air est déjà étouffant. Heureusement, la vue sur le lac est magnifique ! Nous en profitons en dégustant un coca frais (plutôt que du vin), puis reprenons la route vers le Sud. Nous passons devant un joli monastère, puis un mini-village. Nous nous perdons un peu et tombons sur un temple au milieu des arbres où des gamins jouent avec des pétards. En milieu de journée, nous rentrons pour profiter de la clim’ et trier nos photos. Il faut dire que nous atteignons des records de photos depuis notre arrivée en Birmanie !

 

Dimanche 2 octobre — Journée hors du temps

Le réveil à 5 h 15 est dur, mais c’est pour la bonne cause ! Nous marchons jusqu’à l’embarcadère avec notre pilote de pirogue et traversons le lac sans escale jusqu’à la pagode Phaung Daw U, d’où part la procession. D’autres bateaux y vont aussi, quelques-uns avec des touristes, mais la plupart sont des locaux. La cérémonie a déjà commencé lorsque nous arrivons. D’immenses barques avec des dizaines et des dizaines de rameurs, tous en habits Intha traditionnels, avancent doucement. Il y a de la musique, des pétards, et beaucoup de ferveur. C’est très impressionnant. Nous descendons à terre pour voir la procession passer sous nos yeux, au milieu du village.

 

Nous partons en direction de la pagode In Bein, la destination de la procession du jour (l’itinéraire change de jour en jour). Nous arrivons avant la barque royale (notre barque est motorisée, contrairement à celles de la procession) et montons sur une colline où se dressent de nombreux stûpas. Beaucoup de Birmans prient et apportent des offrandes. C’est un autre univers. Tout le monde est en habits traditionnels, c’est coloré et magnifique. Nous arrivons à échanger des regards et des sourires avec les locaux et faisons quelques photos. Les femmes sont intriguées par mon « accoutrement » : je porte un short avec un foulard noué autour de la taille, qui me sert de jupe dans tous les lieux sacrés. Dans une pagode, on peut acheter des feuilles d’or, que les hommes vont coller sur un bouddha. Robin se prête au jeu, pendant que je reste à distance car nous n’avons vu aucune femme s’approcher.

(Vous pouvez cliquer sur les photos pour les visualiser en grand format)

Nous redescendons à la rivière. C’est noir de monde, la procession est en train d’arriver et il y a, en plus, un gigantesque marché. On a du mal à se faire une place. Les barques passent devant la foule, les hommes rament toujours avec une seule jambe, tout le monde admire le spectacle. C’est magique.

 

La dernière barque transporte les 4 petites statues sacrées de Bouddhas. Ils sont tellement recouverts de feuilles d’or qu’ils ressemblent plus à des cailloux dorés qu’à des Bouddhas. Ce sont ces quatre statues qui vont faire le tour de toutes les pagodes du Lac Inle, pendant les 18 jours de la fête.

 

Il est déjà 11 h lorsque nous retournons au bateau et quittons cet endroit hors du temps. Notre programme de la journée est loin d’être fini : nous devons encore découvrir plusieurs villages du lac. Le premier arrêt est celui des femmes girafes. Cela ne nous intéresse pas vraiment, car elles ne sont ici que pour le tourisme. Nous allons ensuite manger dans un restaurant sur pilotis, puis nous reprenons le bateau pour aller visiter une fabrique d’ombrelles. Elles sont superbes et Robin en achète une bordeaux (comme celles utilisées par les moines).

 

Nous allons au Sud du lac pour dans un magnifique village où toutes les maisons sont sur des pilotis (et certaines penchent un peu !). Devant l’école du village, un petit lopin de terre sert de cour de récré. Il y a même des enclos à cochons… sur pilotis !

 

Nous faisons une escale dans un joli village de tisserands. Dans les fabriques de tissus, tout se fait à la main. Ils extraient les fibres de lotus pour en faire des fils, qu’ils utilisent ensuite pour tisser des habits. Leurs métiers à tisser sont d’une autre époque, le travail est phénoménal. Nous allons ensuite visiter une fabrique de bateaux où, encore une fois, tout est fait main à la force des bras (ils n’ont aucune machine). Nous continuons avec une fabrique de cigares. Nous en goutons deux types, un au tabac doux et à l’anis (bof bof) et un plus fort (beurk beurk).

Nous naviguons ensuite au milieu des jardins flottants. Des centaines de rangées de tomates sont plantées dans des petits lopins de terre qui flottent sur des bambous. C’est assez impressionnant et on ne comprend pas trop comment tout cela tient debout. Nous prenons des canaux étroits où les bateaux passent à fond, à quelques centimètres de nous (voire même en touchant le bateau). Des jacinthes d’eau (espèce importée et devenue invasive) ont proliféré à certains endroits, notre pilote accélère pour faire passer le bateau au-dessus des plantes !

 

C’est maintenant la fin d’après-midi, les lumières sont en train de diminuer. De gros nuages noirs se rapprochent du lac, nous préférons sauter quelques étapes et remonter tout le lac (1 h de barque). Nous faisons une pause photo au niveau des fameux pêcheurs et leur nasse traditionnelle. La plupart ne pêche plus avec (ils utilisent des filets) et ils ne sont là que pour poser devant les touristes. Cela rapporte désormais plus que la pêche depuis que le lac est surexploité et pollué. Le niveau du lac est de plus en plus bas, les habitants autour du lac de plus en plus nombreux. Les pêcheurs ont cependant gardé la particularité de ramer avec une seule jambe ! Quelle agilité !

 

Les photos terminées (mais un peu décevantes faute de ciel bleu), nous rentrons à Nyaung Shwe. Nous réservons les dernières places de bus pour partir à Hsipaw le lendemain et allons nous coucher tôt. Dix heures au Moyen-Age, ça fatigue !

 

Lundi 3 octobre — Journée calme et nuit agitée dans le bus pour Hsipaw

Nous passons une partie de la journée à l’hôtel à avancer sur le blog et le tri de photos. Le midi, nous mangeons une dernière salade d’avocats dans notre restaurant préféré et disons au revoir à la cuisinière. Nous avons réservé un bus de nuit pour Hsipaw, mais nous hésitons encore à le prendre. Nous avons lu beaucoup de mauvais commentaires sur ce trajet (long et sur des routes en mauvais état). Nous ne sommes pas rassurés non plus par les indications du gouvernement français qui déconseille les voyageurs de se rendre dans cette région. En effet, des groupes armés s’affrontent dans la région depuis quelques semaines. Finalement, nous décidons de nous y rendre et croisons les doigts ! Nous sommes 5-6 touristes à attendre le bus, cela nous rassure un peu. À peine montés, nous sommes déjà frigorifiés. Il est 15 h, c’est parti pour 13 h de voyage (joie et bonheur). Le bus fait de nombreux arrêts pour charger des cartons, cela nous fait un peu d’animation. La nuit s’annonce longue et froide.

On se retrouve dans le prochain article pour savoir si nous sommes arrivés à bon port ! 😉

 

Vous pourriez aimer

7 Commentaires

  • Répondre Katherine 12 mars 2017 à 18 h 20 min

    Super de retrouver le récit de votre voyage. C’est bientôt fini … sniff, sniff !!!

  • Répondre anna 12 mars 2017 à 22 h 06 min

    oui c’est chouette de se replonger au Myanmar dans cette grande fête et cette belle nature luxuriante ; Adele tu t’es fait un maquillage local ?

    • Répondre Elise 9 mai 2017 à 22 h 09 min

      Oui j’ai testé le thanaka, le cosmétique local !

  • Répondre Carolina Giraldo 14 mars 2017 à 8 h 55 min

    Magnifique!!!!!!

  • Répondre agnès 17 mars 2017 à 22 h 40 min

    Encore une destination de rêve que vous venez de nous faire découvrir, cette procession de bateaux est stupéfiante, colorée et mérite d’être connue, merci pour ces photos magnifiques et les commentaires instructifs.
    C’est super de pouvoir suivre la fin de vos aventures malgré votre retour en France…. bonne continuation « en local ».

  • Répondre silbermann 26 avril 2017 à 16 h 04 min

    regarder vos photos pendant la pause, rien de tel pour se relaxer et se dépayser….. merci Adèle et Robin

    • Répondre Elise 9 mai 2017 à 22 h 10 min

      Merci à toi de nous lire et pour ton commentaire. Au plaisir de te croiser à Villefranche.

    Répondre à anna Annuler la réponse.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.