Myanmar (ex-Birmanie)

Survol de Bagan… en montgolfière !

7 mai 2017

 

Dans le dernier article, nous vous avons raconté notre découverte terrestre de Bagan. Voici une petite parenthèse pour vous faire partager notre vol en montgolfière !

En arrivant en Birmanie, on avait déjà en tête les magnifiques photos des montgolfières survolant les temples. Mais les vols étant très chers, nous nous sommes résolus à découvrir Bagan depuis la terre ferme, en attendant d’être riches ! Puis nous avons réalisé que nous ne serions jamais riches et qu’il fallait profiter de la vie (même à 15 $ la minute 😱). Flashback sur nos 23 minutes dans les airs.

Nous sommes le 9 octobre, il est 4 h 15 du matin quand le réveil sonne. C’est dur de se lever, surtout que je n’ai pas bien dormi. Clairement, j’ai la trouille. Quelle idée de monter dans un panier en osier et de se laisser porter dans les airs par un immense ballon ?! Robin, lui, ne voit pas le problème… Un pick-up vient nous chercher et nous roulons une quinzaine de minutes jusqu’au site de décollage, au beau milieu des champs. Nous nous installons autour d’une table où un petit-déjeuner est prêt (peut-être notre dernier repas), pendant que des dizaines de Birmans s’activent dans la nuit noire.

 

Assez rapidement, les pilotes (uniquement des Européens) nous expliquent que les conditions climatiques ne sont pas favorables et qu’on ne sait pas encore si l’on pourra décoller. Il faut patienter. À Bagan, la saison des montgolfières s’étend d’octobre à mars, la météo et les vents ne permettent pas de voler le reste de l’année. Depuis le 1er octobre, tous les vols ont été annulés, sauf un ! Nous observons le staff envoyer des ballons de baudruche dans le ciel pour évaluer la vitesse et la direction du vent (rassurant hein ?). Les pilotes se concertent, puis nous informent que les montgolfières vont être installées et que nous allons avoir un briefing de sécurité, bien qu’ils n’aient toujours pas l’accord pour décoller. Le staff s’active, allume les brûleurs et déploie les ballons, c’est impressionnant !

 

Le jour se lève et le vent n’est toujours pas favorable. Heureusement, il finit par tourner et nous pouvons enfin décoller ! Nous sommes l’avant-dernière montgolfière à partir (il y a trois compagnies, chacune avec 3 ou 4 ballons), ce qui nous permet de les voir toutes ensemble dans le ciel. Le décollage se fait en douceur. Assez rapidement, il n’y a plus aucun bruit. Nous glissons dans les airs, la sensation est vraiment magique. J’essaie de ne pas trop réfléchir à comment nous volons, car c’est un peu flippant.

 

Notre pilote, une Suissesse, nous explique qu’il est désormais interdit de survoler les temples comme cela se faisait auparavant suite à de nouvelles restrictions. Nous survolons un village et des paysans qui travaillent dans les champs. Quand la montgolfière n’est pas trop haute dans le ciel, nous entendons des enfants crier « Mingalaba » (bonjour en birman) en nous faisant de grands coucous. Chaque année, les premiers vols de la saison sont attendus par les locaux et ce n’est que le deuxième de la saison 2016-2017. C’est vraiment magique de voir la vie de si haut. Les temples sont assez loin, mais la visibilité est bonne et nous les voyons bien. Nous prenons conscience de l’ampleur exceptionnelle du site.

 

Au bout de 20 minutes de vol (ce qui est très court, les vols durent normalement entre 45 min et 1 h 10), la pilote nous explique que nous allons atterrir et que nous devons nous accroupir. Alors que nous sommes à peine recroquevillés, la nacelle tape le sol une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, puis se renverse ! Nous sommes les uns sur les autres après cet atterrissage violent et sortons à l’horizontale. Tout est bien qui finit bien et nous voilà à nouveau attablés pour un second petit-déjeuner… au champagne !

Le champagne est une vieille tradition après un vol en montgolfière : les frères Montgolfier envoyaient des bouteilles de champagne aux paysans avant d’atterrir dans leurs champs, pour leur prouver qu’ils n’étaient pas des extraterrestres ! Après un (ou deux) verre(s) et du banana bread, nous rentrons à l’hôtel. Une petite pause s’impose pour reprendre nos esprits, car nous partons ensuite pour une journée au milieu des temples, sur la terre ferme.

Ce vol a été une expérience unique et magique. Faire de la montgolfière est déjà fantastique, mais dans un cadre pareil, c’est OUF ! 🙌

 

 

En bonus, voici un clip de Fakear, un artiste Caennais, tourné en Birmanie (vous reconnaîtrez le lac Inle au début de la vidéo) !

Vous pourriez aimer

11 Commentaires

  • Répondre Fabienne Petit 8 mai 2017 à 12 h 55 min

    Trop bien les montgolfières…. j’ai toujours envie d’en essayer …en Normandie. Et toujours de superbes paysages et écrits de notre journaliste en herbe😜

    • Répondre Elise 9 mai 2017 à 22 h 12 min

      Merci pour tous tes gentils commentaires. Je suis sure qu’une montgolfière pourrait décoller du Platon à Bernières!

  • Répondre anna 8 mai 2017 à 23 h 27 min

    Vraiment chouette le pays vu du ciel. Pas trop d’inquiétude au milieu de toutes ces montgolfières !?

    • Répondre Elise 9 mai 2017 à 22 h 11 min

      Une fois dans les airs, on n’y pense plus.

  • Répondre COCO 10 mai 2017 à 15 h 32 min

    Dommage qu’il n’y ait pas de photos de vous à bord de la nacelle !!

    Mais à part ca : trop trop beau !!!! Vous avez vraiment du en prendre plein les yeux !!!

    • Répondre Elise 18 juin 2017 à 15 h 21 min

      C’était tellement ouf qu’on a pas eu le temps de faire des selfies !

  • Répondre Katherine 8 juin 2017 à 23 h 51 min

    Waouhh ; magnifique !

  • Répondre laetitia 19 juin 2017 à 21 h 34 min

    Splendide !!! Je ne pensais pas qu’une montgolfière pouvait voler si haut…

  • Répondre Marie francoise 5 août 2017 à 12 h 59 min

    J ai lu Sur un article qu on ne pourra plus monter Sur montgolfière au lever du soleil vue Sur bagan. ??? Çar projet vacances novembre 2017 Merci de votre réponse

    • Répondre Elise 5 août 2017 à 17 h 28 min

      Bonjour Marie-Françoise, 
      Effectivement, les survols de Bagan en montgolfières ont évolué ces dernières années. Lorsque nous l’avons fait (en octobre 2016), les montgolfières n’étaient plus autorisées à survoler les temples de Bagan de très près comme elles le faisaient auparavant, mais nous pouvions tout de même survoler la plaine de Bagan et voir tous les temples dans leur ensemble (comme sur nos photos).
      Nous n’avons aucune idée des vols pour 2017. A savoir que les parcours ne sont pas les mêmes en début et fin de saison en raison du vent. Vous verrez des temples c’est sur, il ne faut juste ne pas espérer slalomer entre les stûpas 😉
      Bon voyage !

  • Répondre Altireve 28 septembre 2017 à 22 h 25 min

    Tellement magnifique! Quelle experience! J’adorerai faire un vol en montgolfiere 🙂

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.