États-Unis Road trip

Road Trip en Floride 2/2

12 février 2020


Dans l’article précédent, nous vous avions laissé à Carrabelle, petite ville du Nord de la Floride sur le Golfe du Mexique. Voici la suite de notre road trip.

Map Road Trip nord Floride

Jour 5 — Vendredi 28 décembre 2018 — nuit à Panama City —369 km parcourus

Notre réveil dans cette vieille caravane américaine est frais et humide. La pluie n’a pas cessé de la nuit et le brouillard est super dense. Nous faisons un petit tour dans la ville, mais nous ne voyons même pas la rive opposée du port. Nous ne nous attardons pas et prenons la route 65 qui s’enfonce dans la Apalachicola National Forest. C’est la plus grande forêt de Floride : des pins, des pins et des pins. Trop de pins pour moi. Nous croisons quelques hameaux avec une majorité de mobile-homes et des maisons de bric et de broc. Morosité puissance 1000. J’implore Robin de retourner vers la mer. Il est fasciné par les pins coupés nets, tous à la même hauteur, par l’ouragan Michael. J’avoue, c’est impressionnant mais… c’est triste.

Nous roulons jusqu’à St George Island, sous une énorme averse. Le State Park de l’île est fermé à cause de l’ouragan. Décidément… Nous continuons la route vers l’Ouest et voyons de plus en plus les dégâts de Michael.

Nous nous arrêtons déjeuner à Apalachicola River, une ancienne ville portuaire d’où était exporté le coton produit dans l’arrière-pays. Il y a plusieurs bâtiments historiques et le centre-ville est plutôt sympa. On remarque dans toutes les vitrines les autocollants « Forgotten Coast » (côte oubliée). Ce surnom remonte aux années 90, mais aujourd’hui encore, on voit clairement une Floride à deux vitesses.

On continue vers l’Ouest jusqu’au Cap San Blas. Et toujours le même refrain : de plus en plus de dégâts. Il ne reste plus que quelques maisons sur pieds et toutes sont endommagées. La route s’est effondrée à plusieurs endroits, il y a des déchets partout… c’est très impressionnant. La plage est très belle et si les maisons n’étaient pas toutes détruites, ce serait magnifique.

  • Michael St Joseph road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-15
    Les dégats de l’ouragan Michael autour de San Blas #1
  • Les dégats de l'ouragan Michael autour de St Joseph #4
    Les dégats de l’ouragan Michael autour de San Blas #2
  • Michael St Joseph road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-12
    Les dégats de l’ouragan Michael autour de San Blas #3
  • Michael St Joseph road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-13
    Les dégats de l’ouragan Michael autour de San Blas #4
  • Michael St Joseph road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-14
    Les dégats de l’ouragan Michael autour de San Blas #5

Nous poursuivons la route et les dégâts sont de pire en pire. Port St Joe est complètement ravagé et Mexico Beach est apocalyptique. La météo du jour n’arrange rien. Les gros nuages noirs assombrissent le ciel et la pluie ne s’arrête pas. Rien de tel pour un décor de film d’horreur ou… une dépression.

On croise plusieurs camps d’hébergement. On ne peut pas s’empêcher de penser que si la trajectoire de Michael avait touché les villes huppées de Naples et St-Petersbourg, le nettoyage et la reconstruction auraient été plus rapides. Money makes the world go round…

Nous décidons de tracer jusqu’à Panama City où nous avons notre Airbnb. Encore une ville abimée. Notre logement n’a pas subi de dégât, mais cela s’est joué de peu vu les maisons du quartier. Nous passons la soirée au chaud à faire sécher nos habits. 

Nous nous souviendrons longtemps de cette journée où nous avons roulé pendant 350 kilomètres au milieu d’une région délaissée comparée au reste de la Floride et dévastée par l’ouragan Michael. La double peine pour la Panhandle.

Jour 6 — Samedi 29 décembre 2018 — nuit à Pensacola — 322 km parcourus

Nous quittons Panama City de bon matin pour rejoindre Panama City Beach et le St Andrews State Park. La météo n’est guère mieux qu’hier. Le sable est très fin et très blanc et quelques surfeurs se bataillent les petites vagues du jour.

Nous longeons le bord de mer. Les barres d’immeubles de Panama City Beach et stations balnéaires suivantes n’en finissent jamais. Par contre les dégâts de l’ouragan se font plus rares. Nous arrivons à la station balnéaire de Seaside, qui a été construite en « ville parfaite ». C’est notamment là que fut tourné le film The Truman Show. Seaside est plus huppée que les villes précédentes : magasins chics et familles en golf-car. Nous continuons la route par Grayton, une autre station balnéaire très jolie entre dunes, lagunes et forêts. 

  • St Andrew State Park road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-20
    La station balnéaire Gulf Laguna Beach depuis San Andrew State Park
  • San Andrew State Park road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-21
    San Andrew State Park
  • Grayton road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-22
    Dans les alentours de Grayton

Nous traversons Destin, une énième station balnéaire bétonnée et déjeunons à Navarre dans un Waffle House. C’est une chaîne de « restaurants » typique du Sud-Est des États-Unis. Nombre d’entre eux sont ouverts 24 h/24 h et ils sont réputés pour être ouverts même lorsque les éléments se déchaînent. Il existe le Waffle House Index : quand le Waffle House ferme ses portes, il faut évacuer ! Nous mangeons au bar devant les fourneaux où cuisent gaufres, bacon, omelettes et autres mets non-gastronomiques. La dame qui nous sert pourrait être notre grand-mère et travaille chez Waffle House depuis 1992.

Nous reprenons la route jusqu’aux dunes de Santa Rosa Island. Nous traversons la ville et arrivons dans le Gulf Islands National Seashore, une réserve naturelle de dunes de sable blanc absolument superbe et… il se met à tomber des cordes. 

Avant de passer la frontière avec l’Alabama, nous faisons un petit détour pour aller voir un phare. Cependant, il est dans une immense base militaire et nous ne pouvons donc pas trop nous promener hors des sentiers (très) balisés. 

Dans la ville de Flora-Bama (contraction entre Floride et Alabama), nous passons la frontière. Le paysage se transforme et nous traversons des champs de coton. C’est chouette de découvrir ces paysages auxquels nous ne sommes pas habitués. Nous abandonnons l’idée de rejoindre la frontière du Mississippi, pour s’éviter 3 h de route, et faisons juste une petite boucle en Alabama (le temps de piquer quelques fleurs de coton). Nous rentrons en Floride et regagnons notre Airbnb, un ancien consulat espagnol. La bâtisse est superbe. Dans la soirée, nous découvrons Pensacola, une petite ville assez charmante et animée.



Jour 7 — Dimanche 30 décembre 2018 — nuit à Tallahassee — 397 km parcourus

Finalement, la nuit ne fut pas si bonne, car nous avons entendu les trains de fret toute la nuit. Nous décidons de retourner voir Gulf Islands National Reserve découvert hier même si le temps est encore pire. Nous nous garons sur un parking où il y a 5/6 voitures, mais personne à l’horizon. Nous ne voyons presque pas la mer qui est à 100 mètres. Nous avons le bon réflexe de localiser la voiture sur Maps.me, car on serait capable de ne jamais la retrouver. 

Nous marchons dans les dunes, le long de la mer, dans cette atmosphère vraiment étrange. Nous croisons un couple qui vient nous parler (on sait qu’ils sont Américains, c’est tellement typique). Ils sont étonnés qu’on soit arrivé ici et le monsieur (from Tennessee) est super fier de nous raconter qu’il a découvert l’endroit en se « promenant » sur Google Earth. 

  • Perdue entre dunes, ciel et mer

Nous traçons pendant 2 h vers l’Est. Dès que nous quittons l’autoroute vers la Géorgie, on a l’impression d’avoir changé de pays. On est très loin des belles maisons de Pensacola. 

Au niveau de Chattahoochee, à la frontière Floride-Géorgie, nous cherchons à acheter notre déjeuner. Tous les commerces sont fermés et la ville est délabrée (pas à cause de l’ouragan cette fois-ci). Il y a bien un petit supermarché, mais on commence à connaître ce genre d’enseigne où rien que la traversée d’un rayon te coupe l’appétit. Nous décidons de tenter notre chance au Pizza Hut. Nous poussons la porte et une dame nous regarde avec des yeux ronds. Elle semble avoir vu deux fantômes et s’être dit « tient, deux blancs sous-alimentés » tellement le contraste avec les locaux est flagrant. Nous ne comprenons vraiment pas grand-chose à ce qu’elle nous dit, mais repartons avec une immense pizza à l’huile au fromage. Nous mangeons sur le parking. Toutes les voitures sont défoncées, il y a des ordures partout et la queue au lavomatic. Nous nous sommes même un peu éloignés, car on ne se sentait pas vraiment à l’aise. On se demande de quoi vivent ces gens, mais vu les habitations aux alentours, ça ressemble plus à de la survie. 

Nous partons ensuite vers la Géorgie par une petite route. Même le panneau « Géorgie » de la state line est à terre. Nous sommes vraiment en pleine campagne, quelques hameaux et parfois une belle propriété. Nous reprenons la route vers Tallahassee, une bonne 2 x 3 voies rectiligne et inintéressante. 

  • Georgia road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-32
    Pluie aussi en Georgie

Nous arrivons à notre Airbnb. Nos hôtes sont partis dans leur famille et nous avons la maison pour nous seuls. C’est une petite maison mitoyenne style mobile-home. C’est très très basique et nous avons longuement hésité entre minimalisme ou manque de moyens. Après y avoir passé la nuit, on a opté pour un manque de moyens. Il est évident que le Airbnb les aide à vivre, tout comme Uber, en plus de leurs emplois. Et pourtant, la lettre de rappel pour rembourser le prêt étudiant attend sur la table de la cuisine. On ne l’a pas encore évoqué, mais 3 des 5 Airbnb étaient tenus par des femmes seules, d’un certain âge, qui ne roulaient pas sur l’or et qui avaient besoin d’Airbnb comme source de revenus.

Nous partons faire un tour dans le centre-ville de Tallahassee. Nous contournons la grande et belle université, la première à avoir accepter des Afro-Américains en Floride. Nous passons devant le Old Capitole of Florida (l’ancien parlement de Floride). On finit la soirée calmement : préparation de la journée du lendemain, photos et journal de bord. 

Après les journées précédentes marquées par les dégâts de l’Ouragan Michael, aujourd’hui, nous avons été marqués par la misère. Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à la pauvreté, mais la sensation est différente. Le contraste avec notre quotidien à Miami et le reste de la Floride est frappant. De plus, contrairement à ce que nous avons vu sur d’autres continents, ces gens ont des modes et des trajectoires de vie assez proches des nôtres et pourtant, le système leur mène une vie de vraies galères (pas des galères de gilets jaunes hein). 

Jour 8 — Lundi 31 décembre 2018 — nuit à Mount Dora — 404 km parcourus

Nous nous réveillons après une nuit moyenne, encore ponctuée par les passages de trains de fret. Nous partons pour les sources de Ichetucknee. Nous découvrons une première source entourée d’arbres, puis une deuxième où Robin se baigne. L’eau est translucide, avec quelques poissons et tortues.

  • Ichetucknee springs State Park road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-33
    Plouf
  • Ichetucknee springs State Park road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-34
    Comme un poisson dans l’eau… turquoise

Après cette bonne pause, nous rejoignons Micanopy, un petit village historique désormais touristique avec quelques restos et pas mal d’antiquaires. Robin réussit même à trouver un livre sur les poissons de récifs ! Nous reprenons la route vers Ocala, c’est très agréable, avec beaucoup de ranchs et de vergers d’orangers.

  • Micanopy road trip nord Floride blog voyage USA Floride 2019-35
    Le joli village de Micanopy, Florida

Nous arrivons à notre hôtel de Mount Dora qui est très sympa et nous sommes agréablement surpris par la petite ville. Il y a quelques rues commerçantes plutôt agréables pour se balader. Il y a pas mal de monde et tous les restos sont ouverts pour ce soir (soirée du 31 décembre). Nous nous promenons au bord du lac et allons ensuite voir les décorations de Noël qui sont impressionnantes (2 millions d’ampoules annoncées !).

Nous dînons dans un resto indien et, lors d’un échange en français entre nous, la propriétaire s’exclame « mais vous êtes français ! » Elle est Américaine et a vécu en France pendant 20 ans. Son mari indien, qui est en cuisine, déboule aussi et ils sont super contents de pratiquer leur français. 

Nous faisons une courte balade digestive dans les rues animées. Il est 21 h et tout le monde attend le feu d’artifice de minuit. Les gens ont ramené leurs fauteuils de plage, des tables et plein de choses à manger et à boire. Nous découvrons même qu’un train est arrêté en plein milieu de la petite place principale. Les passagers descendent petit à petit, puis les gens qui veulent traverser la place doivent passer par l’intérieur du train. C’est un sacré bordel. On demande à des gens qui nous disent que normalement le train ne vient plus ici et s’arrêtent à la ville d’avant.

À minuit, le feu d’artifice commence juste au-dessus de nos têtes et nous débutons 2019 dans la bonne humeur qui caractérise si bien les Américains

  • Mount Dora, ville joyeuse et agréable
    Nouvel an à Mount Dora: lac, déco de Noël, place principale et notre hôtel


Jour 9 — Lundi 1er janvier 2019 — nuit à Miami — 418 km parcourus

Le réveil est matinal, car les Américains ne sont pas les rois de l’isolation phonique et nos voisins étaient vraisemblablement les rois des beaufs ; ils n’ont pas arrêté d’insulter la TV… Le petit-déjeuner est servi dans une grande pièce avec deux tables : l’une avec une dizaine de retraités confirmés et une autre avec un couple de trentenaires et deux chaises libres. Ouf ! Le couple vient aussi de Miami et le mec a participé à la construction de la climatisation du labo où travaille Robin. Le monde est petit. 

Nous partons nous balader sur les passerelles qui longent le lac de Mount Dora, puis roulons vers le Sud. La route est assez jolie, bordée de ranchs et de maisons de campagne. En s’approchant du lac Okeechobee, nous arrivons dans une région plus plate et dédiée à l’élevage. Le lac Okeechobee est immense (second plus grand lac intérieur des États-Unis), mais il est surtout défini comme la clé du système écologique de Floride. Ce sont ses eaux (fortement polluées) qui alimentent les Everglades. Nous pique-niquons au bord du lac et voyons notre premier alligator de 2019

Au Sud du lac on découvre des kilomètres de cultures de canne à sucre et des villages de travailleurs… et toujours des mobile-homes et des maisons qui ne semblent pas pouvoir résister aux prochaines pluies tropicales.

Après 3251 kilomètres parcourus en 9 jours, nous arrivons à Miami. C’est la fin de ces belles vacances.

Nous sommes super contents de ce road trip. La Floride ne se résume pas aux clichés de South Florida que tout le monde connaît (même si le monde entier semble se satisfaire de ces stéréotypes). Nous sommes contents de mieux connaître l’État dans lequel nous vivons. Avant de partir nous avons entendu : « ah ouais, vous allez chez les rednecks ? » ou « non mais il n’y a rien à voir là bas » et « en plus après l’ouragan, ça sert à rien d’y aller ». Et pourtant… Les plages de sable fin de la Panhandle sont vraiment magnifiques. Les sources translucides du centre Floride sont incroyables et nous avons adoré observer les lamantins. Nos deux réveillons, Noël et jour de l’an, ont été animés par la bonne humeur des Américains (un peu moins superficiels qu’à Miami). Nous avons pu visiter des régions très différentes et cela a été très enrichissant. Nous ne sommes pas prêts d’oublier la Forgotten Coast.

PS: Non, nous ne nous sommes pas trompés dans les dates, ce récit date bien des vacances de Noël 2018/2019. Nous avons un an de retard dans le blog. 🙂

Vous pourriez aimer

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire