Laos

Balade au Nord du Laos et changement de programme

25 avril 2016

 

Nong Khiaw

Nous quittons la guesthouse pour Nong Khiaw, une petite ville à 140 km au Nord-Est de Luang Prabang. Nous partons avec deux Bayonnais. Par chance, nous avons droit à un minivan juste pour nous quatre. Notre chauffeur est sympa et nous parle du Laos, des relations difficiles avec leurs voisins Chinois et Vietnamiens, du parti unique et de la censure. Il nous explique aussi que certains agriculteurs sont obligés de brûler des forêts pour pouvoir cultiver de nouvelles terres, après avoir été expropriés ou avoir dû payer de nouvelles taxes au gouvernement. Notre chauffeur a beaucoup à dire et, malheureusement, pas grand-chose de réjouissant.

Nous arrivons à Nong Khiaw. Le village n’est pas extraordinaire, mais le paysage est presque magnifique (« presque », car sûrement magnifique sans fumée). Nous quittons les Bayonnais, qui continuent vers le Nord en pirogue, car nous préférons rester une nuit à Nong Khiaw et les rejoindrons demain. Nous passons l’après-midi à nous balader dans le village et à trier nos photos (d’Australie….). Le ciel bleu australien et les lumières nous manquent. Comme tout le monde, nous nous répétons des « si seulement il n’y avait pas cette fumée ». Dans le village, nous trouvons par hasard une couturière, qui répare parfaitement ma housse de sac à dos déchirée au départ d’Australie. En chemin pour aller dîner, nous rencontrons un couple de Montpelliérains et passons le reste de la soirée avec eux.

 

Deux belles journées à Muang Ngoi, Hog Bo et Ban Na

Nous décollons en pirogue pour le village de Muang Ngoi. Il y a beaucoup de monde qui souhaite embarquer et tout le monde est très chargé. Nous finissons par partir, mais 500 mètres plus loin, le bateau commence à prendre l’eau. On continue d’avancer quelques minutes jusqu’à ce que des Laotiens commencent à paniquer ; nous nous arrêtons sur la berge. Après plusieurs dizaines de litres d’eau écopés, nous repartons et deux Laotiennes écopent en permanence. Arrivés à Muang Ngoi, nous trouvons un bungalow avec une belle vue (l’intérieur du bungalow est une autre histoire) et sympathisons avec des Toulousains, puis passons l’aprem dans le village. C’est assez touristique, mais plutôt sympa.

 

Le lendemain matin, nous retrouvons les Toulousains et les Bayonnais pour un énorme buffet de petit-déjeuner (avec des crêpes et des gâteaux au chocolat !). Les Bayonnais partent en direction du Vietnam et nous partons tous les deux en rando. Nous traversons des rizières asséchées et une rivière, en passant sur un tronc de cocotier en équilibre (Robin vient me chercher car je n’arrive pas à passer toute seule 😂). Nous passons dans un premier village, Hog Bo. Le village est plutôt joli, mais le peu d’habitants que nous croisons nous ignore (en même temps, est-ce que je disais « bonjour » à tous les touristes que je croisais dans le train Nice Monaco ?). Plus sérieusement, on a un peu l’impression de déranger.

 

Nous continuons notre route et passons dans un deuxième village, Ban Na. Nous faisons le tour du village plusieurs fois et nous nous sentons plus à l’aise, même si nous n’avons pas toujours de réponse à nos « sabaidee ». Des enfants viennent nous voir et la plus grande des filles semble attendre quelque chose. Je craque et je donne quelques Oréos (chacun son avis, mais je suis contre le fait de donner des bonbons, gâteaux, stylos ou autres aux enfants). L’unique garçon part et seules les filles restent (dommage pour Robin, car les filles ne viennent que vers moi).

Elles nous observent ranger nos affaires, puis commencent à jouer à l’élastique à côté de nous. Elles  finissent par venir me chercher pour que je joue avec elles. Je suis trop nulle et décide donc de tracer une marelle. Une des filles comprend immédiatement les règles, pour les autres c’est plus compliqué. Nous jouons presque une demi-heure et le feeling passe très bien, surtout avec la plus douée d’entres-elles. C’est aussi la seule avec qui j’arrive à faire la brouette. Elle me sollicite beaucoup et s’accroche à moi. Je pars seule à la rivière pour me laver les mains et, sur le chemin du retour, toutes les filles arrivent en courant en se déshabillant pour aller dans l’eau. Ma nouvelle best friend me lève mon T-shirt pour que je les rejoigne dans l’eau. J’oublie mes questions d’Occidentale et les « conseils » de certains guides de voyages qui recommandent de se faire discrets dans ces villages (les mamies avaient l’air contentes de me voir jouer avec les enfants et continuaient de se laver tranquillement, à poil, à côté de moi).

Je passe une bonne demi-heure dans l’eau. Les filles  viennent sur moi pour que je les lance dans l’eau. On voit qu’elles aiment jouer avec des adultes et cherchent à être portées. Les seuls adultes avec qui elles jouent doivent être les touristes de passage. Après la baignade, nous traversons le village avec une partie des enfants et je dois dire au revoir à ma best friend (avec un petit pincement au cœur). Avec un moment comme celui-ci, j’oublie la pirogue qui coule et le bungalow un peu pourri.

 

Nous rentrons à Muang Ngoi en traversant de nouveau les rizières, puis Robin se baigne dans la Nam Ou. En début de soirée, nous assistons à un mariage, pas que nous soyons invités, mais le repas se déroule dans la seule rue du village. C’est original et typique. Nous dînons au calme dans un resto sur le bord de la rivière.

 

Dent pourrie et changement de programme

En rentrant du resto, je commence à avoir mal à une dent. Un peu mal, puis beaucoup. Robin-le-dentiste me dit j’ai une tâche entre deux dents. Ça y est, je m’imagine avoir une carie et toute la dent pourrie. En fin de soirée, le mal de dents se transforme en mal de tête général ; nous décidons de rentrer sur Vientiane dès le lendemain matin, avec un passage obligatoire par Luang Prabang. En effet, le seul centre de santé qui n’est pas déconseillé au Laos est le Centre Médical Français et il est à Vientiane. Nous quittons donc le Nord et tirons un trait sur la Plaine des Jarres que nous voulions visiter avant de descendre vers le Sud. La santé avant tout.

Au réveil, le lendemain matin et malgré le mal de dents, nous décidons d’aller voir le point de vue sur le village avant de prendre la pirogue. Si j’y avais réfléchi à deux fois, je serais restée couchée. Nous voilà donc partis pour 40 minutes de marche. Nous commençons par franchir une barrière, car l’accès n’ouvre qu’à 9h (il est 6h30, l’avenir appartient à ceux qui se lève tôt – ou à ceux qui ne savent pas dire « pause »). La moitié du chemin est constituée d’échelles en bois sur une pente bien raide, le tout sécurisé façon laotienne (en plus d’avoir une dent pourrie, j’ai le vertige). En arrivant en haut, nous ne voyons strictement rien. Nous attendons un peu avec l’espoir que cela se dégage. Loupé.

 

Nous devons redescendre rapido pour récupérer nos sacs et prendre le bateau. Il n’est que 9h00, je rêve d’une téléportation jusqu’à Vientiane. Nous enchaînons une heure de pirogue, quelques kilomètres en tuk-tuk, 3h30 de minivan, encore des kilomètres de tuk-tuk (parce que nous sommes arrivés à la mauvaise gare de Luang Prabang). Une fois à la bonne gare, nous décidons de laisser nos sacs et d’aller dans notre resto préféré en centre-ville, car nous avons 5 heures à patienter avant le bus de nuit (vous savez, le bus de nuit entre Vientiane et Luang Prabang, sur la sympathique Route 13). Au fil de la journée, j’ai mal à toute la mâchoire et compte les heures avant le rendez-vous de demain, 11h !

À 20h15, le bus part et cette fois, nous avons un bus bien kitsch, mais avec une couchette double (où nous rentrons tout juste). Pendant l’unique pause, à 1 h du matin, le chauffeur-bis rode avec sa kalachnikov autour du bus. Nous arrivons à 6h30 et nous retournons dans la guesthouse où nous étions notre dernier soir à Vientiane. 

 

Chez le dentiste (français et avec des équipements identiques à la France – alléluia), j’apprends que la tâche sur ma dent est SAINE et que mes dents vont bien. Sachant de nombreux touristes sont envoyés en Thaïlande pour les soins, j’ai eu un petit frisson quand il a demandé : « c’est quoi votre prochaine destination ? » et quand il a dit « on va quand même faire une radio ». La douleur est due à un aliment (sûrement du poulet – glamour bonjour) coincé dans la gencive, entre deux dents et pile au niveau de ma tâche. Le dentiste pense que mes dents sont aussi en train de bouger (un appareil dentaire en rentrant de voyage, c’est cool ou pas ?). Bref, tout est bien qui fini bien et je suis soulagée de continuer à voyager en bonne santé.

 

Nous profitons d’être à Vientiane de nouveau pour faire le That Luang. C’est le monument religieux  le plus important du Laos. Le grand stûpa est censé contenir un cheveu du Bouddha et les cendres d’une de ses hanches.

 

Maintenant que nous avons vu et revu Vientiane, nous entamons notre descente vers le Sud. Cette escapade dans les petits villages du Nord nous a beaucoup plu. Nous y avons rencontré beaucoup de Français, certains sur les routes pour plusieurs mois et avons partagé tous nos repas avec un des trois couples rencontrés (Bayonnais, Montpelliérains et/ou Toulousains). L’après-midi avec les petites filles de Ban Na restera un moment unique.

On se retrouve pour The Loop, quatre jours de moto dans la campagne !

Vous pourriez aimer

7 Commentaires

  • Répondre anna 25 avril 2016 à 7 h 33 min

    Super la rencontre avec les enfants ! Adèle penses tu que le jeu de marelle est entré dans la culture du Laos ? Si oui il pourra se nommer la « adèle »plutôt que marelle !! je ne savais pas qu’il y avait des couchettes dans les bus ? j’espere que dents et pieds vous laisseront tranquille pour le reste du voyage

  • Répondre Anthony 26 avril 2016 à 12 h 54 min

    Le coup de la dent pourrie et du morceau de poulet coincé m’ont bien fait rire. 😀

  • Répondre POUTIER 27 avril 2016 à 16 h 49 min

    Adèle !! Tu m’as ENCORE fait pleurer !! 😉
    Trop fort en émotion les photos de Ban Na !!!!!
    Ces moments là en voyage : ça compte 1000 fois plus que n’importe quel hôtel de luxe …

  • Répondre AURELY 28 avril 2016 à 17 h 56 min

    oooh so cute les enfants !!! et le PSG jusque la on en parle ?? :p

    • Répondre Elise 29 avril 2016 à 5 h 53 min

      On en parle mais après le match de ce we 😂

  • Répondre Grokoko 13 mai 2016 à 11 h 14 min

    (y)

    • Répondre Grokoko 13 mai 2016 à 11 h 17 min

      (Et pour être un peu plus expansive, c’est super agréable et intéressant de vous lire)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.