Malaisie

Les plantations de thé des Cameron Highlands

2 septembre 2016

 

Mercredi 27 juillet, nous quittons Kuala Lumpur direction Tanah Rata, la ville des Cameron Highlands. C’est une région où les Anglais ont construit quelques stations d’altitudes pour échapper à la chaleur tropicale. L’altitude moyenne est de 1500 mètres, ce qui apporte fraîcheur et précipitations. Les Anglais en ont profité pour cultiver du thé et les plantations ont fait la réputation de la région. Aujourd’hui, les Malais y cultivent aussi des légumes et des fruits. Même si la région est surexploitée, il reste encore quelques forêts (autrefois, c’était une vraie jungle, c’est ailleurs là que Jim Thomson, dont nous avons visité la maison à Bangkok, a disparu). Tout ça pour dire que les paysages sont vraiment très différents de ce que nous avons vu précédemment en Malaisie.

Nous trouvons rapidement un hôtel (repéré au préalable sur Internet, mais tous les logements de la ville sont mal notés). Nous commençons par faire nous-même le ménage de notre chambre crado. Le boss de l’hôtel nous calcule à peine. Ensuite, nous déjeunons dans un resto indien avec un serveur très intrigant et intrigué. Il nous dit 25 fois que la nourriture arrive (alors que nous sommes à peine assis), puis nous demande 25 fois si « ça va ? » et nous prend en photo. Il se met à genoux pour faire des selfies, etc. J’ai du mal à ne pas exploser de rire.

Dans notre guide, ainsi que dans les excursions proposées dans les agences, on voit qu’il y a une balade avec des cascades. Nous partons donc avec l’espoir de découvrir autre chose que la moche ville de Tanah Rata. Nous longeons une rivière pleine de détritus, puis arrivons à une mini chute d’eau. Des Français cherchent aussi la vraie cascade, en vain. Pour finir la journée, nous dinons dans un resto sympa, mais les jus de fruits commandés en apéro arrivent après que nous ayons fini nos plats ! Tanah Rata n’a pas fini de nous surprendre.

 

Le lendemain, nous partons louer un scooter pour visiter les plantations de thé. Le premier loueur n’est pas encore ouvert et le deuxième nous dit que nous ne pouvons pas aller jusqu’au sommet du mont Brinchang avec sa moto. Cela ne nous emballe pas, mais on préfère partir tôt.

Nous filons à une plantation de thé réputée, la BOH Tea Plantation. C’est une des plus importantes de la région. Ils continuent d’utiliser des méthodes traditionnelles (et donc manuelles) pour l’entretien et la récolte. Environ 5000 kg sont récoltés quotidiennement et il faut près de 5 g pour faire une seule tasse de thé ! Nous prenons le petit-déjeuner, thé et scones, dans un salon qui surplombe les plantations. C’est magnifique.

 

Nous reprenons la route et faisons plusieurs pauses pour regarder les ouvriers travailler dans les plantations. De retour au scooter, Robin, qui n’arrive pas à le démarrer, me dit : « Y’a plus le trou pour mettre la clé ! » Il répète « Y’a pas le trou de la clé, y’a pas le trou de la clé ». Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer, mais effectivement je vois qu’il y a un problème. Heureusement, un des travailleurs nous aide. Il y a un petit cache qui se ferme sur la serrure lorsqu’on bloque le scooter et qu’il faut rouvrir avec l’arrière de la clé ! Ce n’était pas très compliqué, mais nos connaissances en la matière sont limitées. Nous parlons avec notre sauveur. Il nous explique qu’il vient ici pour travailler, mais qu’il est Népalais, originaire de la ville de Pokhara. Il est tout content de savoir que j’y suis allée. Il retourne bosser et nous repartons sur la route. Nous faisons plusieurs pauses, car les plantations et la lumière sont très jolies. Robin me crie : « On s’arrête ! Je vais faire la photo du fond d’écran de Windows XP » …

 

Nous continuons notre ascension en moto vers le sommet, en nous demandant quand la route allait devenir mauvaise (comme nous l’a dit le loueur ce matin). Nous arrivons finalement en haut, certes la route n’est pas belle, mais ça passe très bien. Dans notre grande délicatesse, on se gare juste devant le minivan de notre loueur… On espère que ses collègues ne vont pas cafter. Le sommet offre un point de vue sur la région et quelques mètres plus bas, sur la Mossy Forest. C’est une forêt humide, généralement dans les nuages, où se développent mousses et autres plantes verdoyantes. Robin cherche désespérément les stars de la forêt, les plantes carnivores. En arrivant au parking, j’entends un guide en parler… Nous le suivons et bingo ! C’est une grosse plante carnivore Cobra (à cause de sa forme). 

 

De retour en ville, nous déjeunons indien une nouvelle fois. L’après-midi, nous partons à pied pour voir d’autres plantations de thé, à la Bharat Tea Plantation. C’est très beau, mais la pluie arrive et nous négocions un taxi avec deux Anglaises pour s’éviter 5 km de montée sous la pluie. Très belle journée ; les plantations de thé et l’ambiance qui y règne sont un régal !

 

Vendredi 29 juillet, 6 h 30, le réveil sonne… pour se faire une balade de trois heures. Il fait encore nuit noire. Apparemment, on s’est loupé sur l’heure du lever du soleil. On se rendort 20 minutes et le second réveil est encore plus dur. Nous avons un bus à prendre en milieu de journée, donc la balade c’est maintenant ou jamais. Je traîne des pieds et je n’ai pas vraiment envie de monter au sommet alors que le ciel est nuageux. Je marche à moitié endormie et, à la énième racine où je trébuche, je décrète que je fais demi-tour et qu’il faut être « con pour se lever à 6 h 30 pour aller marcher dans les nuages ! » Robin m’apprend que nous sommes à 500 m de l’arrivée, alors que nous marchons depuis moins d’une heure (la montée était prévue en 1 h 30… – note à moi : ne pas laisser Robin marcher devant à son rythme !). Par magie, tout va beaucoup mieux et nous finissons la montée. La vue est complètement bouchée par les nuages et, en plus, ça caille. Nous attendons un peu que cela se dégage (loupé), puis redescendons comme des flèches. Nous croisons un couple qui nous regarde médusé, nous demandant à quelle heure nous sommes partis !

 

Nous regagnons notre chambre pourrie pour une douche express et attendons notre bus au Starbucks en mangeant le pire frappuccino fraise de toute ma vie (avec de la gelée chimique de fraise et non du sirop !). Décidément, Tanah Rata nous aura surpris jusqu’au bout, heureusement que les plantations de thé sont magnifiques !

Prochaine escale : la ville d’Ipoh.

 

Vous pourriez aimer

7 Commentaires

  • Répondre Agnès 4 septembre 2016 à 5 h 50 min

    Merci pour la découverte des champs de thé, je n’en avais jamais vus… On dirait des labyrinthes de mousse ou de duvet, vraiment superbes.
    Au fait, les haricots locaux, çà se mange ? ils sont bizarres quand même !
    Et les plantes cobra, effectivement on dirait un serpent en train de scruter et de chercher une proie.
    pressée de lire la suite…

    • Répondre Elise 7 septembre 2016 à 16 h 10 min

      Oui, les haricots se mangent mais nous ne sommes pas sûrs de les avoir goutés car les légumes sont toujours hachés dans les plats. La suite arrive, petit à petit 😜

  • Répondre Caro 7 septembre 2016 à 15 h 42 min

    Oh que c’est vert !! cela m’a fait penser aux couleurs des montagnes en Colombie! vous m’avez fait rire avec l’histoire de la rando! des bisous!

    • Répondre Elise 7 septembre 2016 à 16 h 15 min

      La Colombie est sur notre liste des prochaines destinations !

  • Répondre Anthony 7 septembre 2016 à 17 h 51 min

    Trop beaux paysages. Ça donne envie d’y aller ! Bisous ma biche

  • Répondre Grokoko 8 septembre 2016 à 20 h 40 min

    (y) (mention spéciale pour la Mossy Forest, et la dernière photo)

  • Répondre gallou 9 septembre 2016 à 14 h 38 min

    Coucou les loulous, merci beaucoup comme d’hab’ de partager vos aventures…ça me fait un bien fou!
    Bisous

  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.